Basketball / Interview / Music / S-N-S / Saps / Shoes / Sport / Street

Interview LW

Aujourd’hui, nous vous offrons une interview de Steven LW qui est un activiste du basketball.

1)En premier lieu, présentez-vous, s’il vous plaît!
Bonjour, je me prénomme Steven, mais tout le monde m’appelle « LW« . J’ai 30 ans, je vis en région parisienne et suis un ancien joueur de basketball qui évolue maintenant en tant que DJ et speaker, alors que je connais ce sport depuis ma jeunesse.

2)Vous êtes le DJ résident du Paris Basketball en PRO B. Que pensez-vous de leur projet ambitieux?
J’en suis totalement fan ! Et ce, de par le côté NBA, le fait de tenir éveiller le public, lui apporter l’envie de rester attentif, et surdynamiser l’ambiance. Le président du club, monsieur David Kahn, échange souvent avec moi et me donne énormément de conseils pour ma carrière. A travers son projet, il voit se profiler une évolution positive pour l’ensemble des clubs français, ce à quoi je crois également.

3)Est-ce que le fait d’être vous-même basketteur joue beaucoup sur la connaissance de ce sport et des musiques qui y sont associées?
Alors oui et non, car ayant l’expérience de joueur, j’arrive certes à me mettre à la place des hommes et femmes qui évoluent sur le terrain. Cependant, cela ne se joue pas de la même manière dans les tribunes, donc il faut savoir jouer de tout, en restant quand même dans son élément.

4)Quels sont vos goûts musicaux, et qu’aimez-vous passer durant les tournois?
Alors je suis très Hip Hop, qu’il soit d’actualité ou old school, mais je touche beaucoup au R’N’B également.Lors des tournois, cela dépend du moment, mais cela reste centré sur le Hip Hop, l’Afro et le Dance Hall, car je me lâche davantage durant ces occasions.

5)Vous inspirez-vous de certains autres dj français ou internationaux?
Alors je ne suis pas inspiré musicalement par les DJ français, mais le suis davantage par les internationaux, notamment DJ Drama.

6)Si vous étiez un son, lequel seriez-vous?
C’est trop dur de donner une réponse!On va dire que cela dépend de mes humeurs. En ce moment, j’écoute le son « That’s Love« ( Marc E Bassy feat Ty Dolla).

7)En tant que speaker, comment a démarré votre aventure dans ce domaine?
Tout simplement grâce à mon agent, qui était speaker de prime abord, et dont j’ai beaucoup appris par l’observation et lui en suis fortement redevable. Il me proposa par la suite de tenter l’expérience en N2 à Cergy, devant 1000 personnes, ce qui est quand même fort pour une première! Et depuis, je me fais de plus en plus ma place dans ce poste-ci également.

8)Le Quartier Ouest est une référence nationale et internationale dans les tournois de basketball, et vous en êtes le DJ officiel. Pouvez-vous nous parler un peu de votre arrivée, et de l’évolution du tournoi?
Alors pour ma part, je suis arrivé les mains dans les poches! J’ai simplement pris un blablacar, et l’organisateur du Quartier Ouest, monsieur Jimmy Yamba, m’a accueilli et installé une fois arrivé. Tout s’est fait naturellement et facilement, j’ai vite compris que j’avais rajouté une plus-value, et que je m’accordais parfaitement avec Pierre Salzmann Crochet(Asvel).Puis les années passent et je ne m’en lasse jamais, notamment pour les retrouvailles avec le staff et les potes. C’est de loin après Quai 54 le meilleur tournoi de basketball en France.

9) Vous êtes également speaker et DJ en 3X3. Que pensez-vous de ce format en tant que discipline olympique, qui sera nouvellement intégré lors des prochains Jeux Olympiques de Tokyo? Et rêveriez-vous d’être le DJ aux JO de Paris 2024?
Paris 2024 est un objectif clair pour moi. Pouvoir participer à cette aventure est un rêve pour moi, et le réaliser serait extraordinaire!

10)Comment voyez-vous la fin de la saison, que ce soit fédéral ou pro-AM?
Pour ma part, je n’attends que la reprise ! Je comprends le business de la LNB, et attends de voir si la nouvelle formule va passer. Mais en attendant, je pense qu’en division N1 et en dessous, il y aura beaucoup de changements.

11) Vous avez pu travailler avec la NBA lors du Paris NBA Game. Pouvez-vous nous raconter tout ça?
Alors c’est par le biais d’un ami que la NBA s’est approché vers moi, et m’a proposé de bosser avec eux en tant qu’assistant et traducteur sur leurs Clinics. Toute la semaine, nous avons reçu des jeunes de l’UNSS, du milieu scolaire ou des clubs, afin de leur donner quelques bases du basketball à la sauce NBA, en ajoutant à cela la rencontre de messieurs tels que Bruce Bowen, Tony Parker, Adam Silver, et bien d’autres. Certains jeunes ont même eu la chance de pouvoir assister à un entraînement : celui des Hornets!La NBA représente pour moi le Graal, et avoir pu participer d’une certaine manière à cette semaine, c’est quelque chose qui m’a surmotivé et grandement enrichi!

12) Vous êtes peut-être l’un des seuls fan des Hawks en France. Pourquoi cet amour pour cette franchise?
Ahaha, ça je l’assume! En fait, j’adore le côté flegmatique et parfois étrangement risqué du Front Office, mais c’est surtout de la ville elle-même dont je suis fan, que ce soit des Hawks, des Braves ou des Falcons. D’un point de vue culturel, Atlanta est la ville du Hip Hop, bien loin des Bling Bling de Los Angeles. Et sportivement, les Hawks ont réussi à avoir 5 all-stars sélectionnés sur une même saison(4 joueurs, et leur coach), donc qui peut faire mieux?

13)Avez-vous un mot sur la triste nouvelle concernant Kobe Bryant, et ce qu’il représentait pour vous?
C’était lors de la fin d’un match à Bercy que j’ai appris le drame, et le choc fut direct. C’était LUI mon idole, et j’ai eu la chance de le croiser à Paris. Non seulement c’était un exemple sur le terrain, mais son attitude et sa Mamba Mentality m’ont inspiré quand j’étais joueur, et continuent de le faire maintenant. Et en tant que père, je pense également à sa fille, car ça m’a beaucoup affecté. La vie est trop courte…

14)Quels sont vos objectifs, à court comme à moyen termes?
Alors à court terme, je veux continuer à apprendre du monde Pro et International avec le 3X3, car la situation reste plutôt flou pour le moment. Et à moyen terme, je souhaiterais quitter la France pour continuer à apprendre davantage, et réussir là où le basketball est roi, autrement dit en Amérique du Nord!

15) Pour finir, on sait que les DJ sont une part prépondérante des matchs de basketball. Quels conseils pourriez-vous apporter à un jeune souhaitant se lancer dans ce métier?
Alors s’il y a un conseil à bien prendre en compte, c’est de connaître le règlement et les protocoles!Car pour un DJ de boites et club, il faut réapprendre à s’adapter, étant donné les différences avec les événementiels.Sinon, il faut bien entendu de la patience, de la détermination, et accomplir beaucoup de travail chez soi comme lors des matchs. Et ne pas oublier d’avoir des prises à disposition, ne serait-ce que pour le public qui demande à recharger les smartphones…

16)Quel est votre mot de la fin?
Merci pour votre attention. J’espère pouvoir revenir très rapidement sur le Quartier Ouest, et surtout que tout le monde soit secure et safe!Sur ce, vive le basket, et allez les Hawks!